Digital: Plus de la moitié des dirigeants recrutent en 2017

Groupement des annonceurs du Maroc (GAM) dévoile les principales tendances qui se dégagent dans le digital… Pendant un mois, dirigeants et responsables marketing étaient soumis à un questionnaire en ligne, piloté par le cabinet Wavestone et l’agence TNC. Toutes ces données ont été recueillies, traitées et ont donné lieu à une étude permettant de déterminer le degré d’intégration des IT dans les stratégies des annonceurs.
Plusieurs tendances se dégagent... L’élément phare: plus de la moitié des annonceurs ont une stratégie digitale établie, qui relève d’une prise de conscience de l’enjeu du digital au sein du top management. En effet, «plus de la moitié des dirigeants souhaitent renforcer leurs équipes digitales avec des compétences spécifiques… 52% d’entre eux envisagent de recruter en 2017 une personne dédiée contre 39% en 2016», relève l’étude.
Chiffres à l’appui, 10% des annonceurs n’ont pas de stratégie digitale définie. 29% d’entre eux ont une équipe digitale mais qui reste cependant peu, voire pas du tout, structurée.
Autre enseignement fort: «70% des annonceurs utilisent le digital en interne» d’après les conclusions à retenir… Soit une amélioration de 12% par rapport à l’année dernière. Un chiffre qu’il faut néanmoins nuancer, car 59% cumulent plusieurs fonctions au sein d’un même département…
L’étude révèle que «65% des annonceurs marocains veulent améliorer leur expérience client». Une priorité forte pour les entreprises qui ont pris conscience de l’importance du marketing de contenu (content marketing) dans leur stratégie. Un levier d’amélioration pour l’image de marque… Aussi, malgré une forte présence sur les réseaux sociaux (98% des annonceurs sont présents sur Facebook), la stratégie de gestion du contenu manque d’efficacité, avec un accompagnement média assez peu développé.
Par ailleurs, 84% des entreprises utilisent des outils de mesure de performance pour leurs campagnes digitales: nombre exact de clics, notoriété sur les réseaux sociaux, suivi du trafic web, etc.
Les annonceurs ont un budget limité pour le déploiement de leur campagne: 78% d’entre eux ont une enveloppe inférieure à 3 millions de DH pour le digital. Ce qui reste assez faible. «79% des annonceurs ayant une activité digitale non formalisée ont un budget inférieur à 1 million de DH». A titre comparatif, les entreprises dont la stratégie est dictée par un siège à l’international ont un budget moyen de 6 millions de DH. Les médias et les télécoms disposent des budgets digitaux les plus développés (plus de 15 millions de DH).
L’étude analyse également la protection des données. En effet, de nombreux progrès ont été réalisés sur ce registre. 84% des annonceurs connaissent la CNDP (Commission nationale de contrôle de protection des données à caractère personnel) et 60% d’entre eux ont lancé un projet de mise en conformité. Ce qui est une grande avancée.
Parmi les principales conclusions de l’étude, pour 2017, les secteurs qui restent à développer sont les outils de mesures de performance, l’exploitation des données, les Apps (e-commerce), le display…

Source: L'Economiste - le:07/12/2016